Dessins

Parfois dans le train, je croque sur le vif, principalement des endormis pour ne pas les gêner et parce qu’ils me touchent dans leur abandon. Puis, je leur attribue d’étranges fantasmes héroïques.
Le dessin, à plus proprement parler la ligne, quʼelle soit au crayon, au feutre, au stylo-bille… est une pratique que jʼapprécie pour sa simplicité et sa difficulté. La pratique du dessin demande de lʼapplication et beaucoup de travail, que ce soit pour trouver la ligne juste ou pour modeler une forme.
Certains outils peuvent être récalcitrants dʼune stimulante façon. Le pinceau, qui remplit merveilleusement la forme quʼil dessine, donne une fluidité, une rapidité que je regrette amèrement quand jʼentame un dessin au feutre le plus fin qui se trouve. Cela résiste, il faut dʼintenses va-et-vient pour commencer à voir naître quelque chose. Un instant dʼinattention, le trait de trop gâche tout et mʼoblige à tout retenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *